Banque à poussière d’or

Une exploration menée par l’ESCOUADE CH’TITURBEXEUR


Nous en avons très souvent dans notre portefeuille, nos poches et parfois même dans notre petit cochon en porcelaine. Dans cette nouvelle exploration, on va parler « argent », et plus précisément des billets sous la forme que nous connaissons aujourd’hui. Allez, on vous embarque avec nous dans l’une des plus grandes institutions de France pour un petit retrait aux guichets de l’époque.

Commençons par un petit cours d’histoire : parmi les nombreuses créations du système français que nous connaissons, Napoléon Bonaparte instaura la Banque de France en 1800. C’est dans cette institution que le premier franc germinal fût frappé et imprimé. Après avoir installé son siège à l’hôtel de Toulouse dans le 1er arrondissement de Paris, les autres succursales de la banque seront construites dans des villes à flux économiques importants.

La caisse que nous allons explorer est celle de Roubaix, construite en 1905 par les architectes Alphonse Defrasse et Charles Dupire, à l’apogée de l’industrie textile. Elle fonctionnera jusqu’en 2005 pour ensuite fermer ses guichets au public et devenir un centre de traitement des billets, précisément appelé centre fiduciaire. La fermeture complète du bâtiment sera finalement effective en 2016 suite à la délocalisation de ses activités de traitement dans un nouveau centre entièrement automatisé.

Depuis son inactivité, cette succursale appartient à l’Établissement Public Foncier des Haut-de-France qui nous a fait l’honneur d’ouvrir les grande portes d’un âge d’or d’autrefois. En effet, lorsque les lumières s’allument, accompagnées du bruit d’un vieux tube fluorescent, la première chose qui nous saute aux yeux est ce magnifique hall décoré du sol au plafond. La salle des guichets est dominée d’un marbre noir et d’un bois clinquant dans un style art déco. Au centre de ce hall, au plafond, une pyramide inversée est illuminée par la lumière chaude. Nous interprétons cette forme, non présente par hasard, comme le point de croisement des transactions entre l’État et le particulier. Cette grande pièce est tellement immersive que nous nous croyons dans une salle de réception d’un hôtel de parc d’attraction. Si ce décor vous semble familier à travers nos photos, alors l’avez-vous peut-être reconnu dans le dix-neuvième épisode de la saison 2 du téléfilm Les petits meurtres d’Agatha Christie ou dans une autre série française ?

En se rendant dans les logements de fonction des hauts cadres, nous montons par une cage d’escalier entièrement murée de marbre diffusant la lumière émise de l’extérieur. L’escalier, couvert d’un tapis rouge royal, serpente un ascenseur rétro du début du XXe siècle. Les étages sont à l’image du bâtiment : deux appartements très lumineux de 300m² chacun, du parquet chevron légèrement poussiéreux, une cheminée en marbre dans chaque chambre et des moulures au plafond. Cela nous donne presque envie de s’y installer !

Avant de quitter les lieux, il nous manque un élément clef et emblématique de toute les banques : la chambre forte. Après avoir poussé une porte blindée d’environ 30 cm d’épaisseur, nous plongeons dans le noir total où dorment les coffres de l’État . Bien évidement, tous sont fermés à clef, et il n’y a sans doute plus un sous à l’intérieur. Le seul argent que nous ayons trouvé est ce billet de 50.000 francs du Monopoly… Sans doute une blague d’un précédent visiteur.

Nous partons les poches vides, certes, mais avec notre curiosité remplie. On se dit que ce n’est pas tous les jours que nous pouvons visiter une banque aussi prestigieuse avec une liberté totale. Ce privilège est grâce à notre volonté de vous montrer le patrimoine oublié ou inconnu du public. C’est sur cette conclusion que nous quittons les lieux, laissant derrière nous un trésor de l’architecture française.


Un grand merci à l’ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER – HAUT-DE-FRANCE pour nous avoir donné le privilège d’explorer cette banque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s